Elise Levinson – Présentation

SONY DSC

Ingénieure et Docteure AgroParisTech

Diplômée fin 2008 « Ingénieure agronome AgroParisTech », j’ai travaillé plusieurs mois à la Chambre régionale d’agriculture des Pays de la Loire à la coordination des projets régionaux relatifs à l’Agriculture Biologique. Suite à cette expérience, j’ai saisi l’opportunité qui s’offrait à moi de mener une thèse de doctorat sur un sujet de mon choix : la facilitation stratégique de la gestion du vivant.

Au cours de cette thèse, j’ai été « facilitatrice stratégique » dans le domaine de la gestion du vivant. Au sein d’une équipe d’intervention, j’ai accompagné des personnes (acteurs publics et privés) à réfléchir et travailler ensemble afin de mettre en œuvre des projets de développement durable. Chaque fois, l’objectif était d’élaborer ou d’améliorer une prise en charge partagée de ce qui faisait sens pour les acteurs de territoires (qualité de l’eau, qualité des sols, développement d’une activité d’agriculture biologique, qualité de vie dans un territoire contaminé, développement du tourisme équestre). Parallèlement, j’ai poursuivi des recherches sur cette figure du « facilitateur stratégique » de la gestion du vivant, et contribué à la caractériser et à la faire connaître.

Une thèse à la fois théorique et pratique, m’amenant à développer de nombreuses compétences professionnelles

La thèse que j’ai menée a été à la fois financée et enrichie sur le fond par une pratique de la facilitation stratégique, au cours de quatre missions (suivant les méthodes de l’approche patrimoniale) :

– l’audit patrimonial « Conditions et moyens du développement durable du tourisme équestre dans l’Arc méditerranéen : quelles stratégies pour les acteurs du monde du cheval et leurs partenaires régionaux dans le Sud-Est de la France? » ;

– l’audit patrimonial et les séminaires de rencontre active « Facilitation de l’élaboration d’une stratégie territoriale de développement durable de la qualité de vie dans le contexte de la pollution à la chlordécone en Martinique »;

– l’audit patrimonial « Conditions et moyens de l’amélioration de la gestion de la qualité de l’eau et du vivant sur le territoire de la Communauté d’Agglomération Seine-Eure, dans le bassin Seine-Aval : quelle stratégie pour les Hauts-Prés ? »;

– l’audit patrimonial du projet de recherche transnational SAS-STRAT[1] (mené dans le cadre du réseau SNOWMAN[2]) « Conditions et moyens de l’amélioration de la qualité des sols sur le territoire du bassin versant de l’Austreberthe et du Saffimbec[3]».

Conçue comme une démarche réflexive, c’est-à-dire dans un aller-retour permanent entre interventions et réflexion, ma thèse m’a amenée à développer les compétences suivantes :

– les savoir-faire et savoir-être du facilitateur stratégique : écoute ; empathie ; compréhension et accompagnement, en tant que tiers-acteur, de situations complexes et multi-acteurs ; animation de réunions ; instauration et maintien de la confiance et de la convivialité avec et entre les acteurs ; aide à la communication et à la négociation.

– des compétences de gestion de projet, dans l’élaboration et la rédaction de la thèse, ainsi que dans le déroulement des missions de facilitation : faire un état des lieux de la situation ; faire un état de l’art bibliographique ; déterminer les objectifs à atteindre ; fixer des échéances ; identifier les ressources humaines et matérielles nécessaires, évaluer la démarche en cours pour éventuellement l’adapter.

– des compétences relationnelles : assurer un accompagnement spécifique, au service d’acteurs de territoires qui, initialement, n’ont pas l’habitude ou les moyens de travailler ensemble ; pour la thèse, s’entourer de personnes ressources pour progresser dans mes réflexions et ma rédaction, ainsi que dans la méthodologie.

– des compétences de rédaction, de synthèse, de communication : pour les rapports de synthèse des différentes missions, pour la rédaction de la thèse (disponible ici) et pour la construction du Prezi de soutenance (disponible ici).

– des compétences de recherche : élaboration d’une méthodologie de recherche, construction d’hypothèses et d’une démarche scientifique sur des questions d’ordre stratégique, lecture rapide, capacité à extraire l’information pertinente d’un document, capacité à trouver de l’information dans la masse existante (livres, articles, sites Internet…).

des compétences d’enseignement : élaboration de contenus de formations courtes sur la facilitation stratégique et sur des missions réalisées ; création d’une dynamique d’interaction avec les étudiants formés ; souci de la clarté et de la pédagogie des interventions.

Cette thèse fut avant tout un défi personnel et une rencontre avec soi-même, nécessitant de poser des choix dans le champ de recherche abordé. Elle est donc aussi le résultat de la mise en œuvre de savoir-être. Ainsi, aux côtés des compétences présentées ci-dessus, ce projet a révélé mes qualités professionnelles : sens de l’écoute, adaptabilité, autonomie, rigueur, persévérance, curiosité, précision, humilité et caractère tiers.

Mon projet professionnel

Je souhaite, au cours de ma carrière professionnelle, de façon simultanée ou successivement, développer les trois axes d’activités suivants (abordés durant la thèse) :

1 – Axe « facilitation stratégique en intervention » : il s’agit de continuer à intervenir dans les territoires, mais peut-être aussi au sein des organisations, en tant que facilitatrice stratégique. J’ai aujourd’hui une bonne maîtrise des méthodes d’interventions patrimoniales (audit patrimonial et séminaires de rencontre active), à mettre au service de cette activité. Il m’intéresserait aussi de travailler avec d’autres méthodes et d’autres approches, dans une dynamique d’enrichissement mutuel.

2 – Axe « transmission » : il s’agit à la fois de participer à des modules d’enseignement et de formation portant sur la facilitation stratégique et ce à quoi elle fait référence (savoir-faire et savoir-être, objectifs, comparaison avec d’autres figures de l’accompagnement de projets de territoires, thèmes et projets de développement durable, etc.), et aussi de communiquer sur la facilitation stratégique et sur la gestion du vivant via différents medias (site Internet, articles, ouvrages, etc.)

3 – Axe « recherche » : il s’agit de poursuivre les recherches engagées au cours de ma thèse, en concrétisant les perspectives de recherche qui y ont été révélées : dresser un panorama des métiers de la facilitation stratégique (qui, au-delà de l’approche patrimoniale, peut être appelé « facilitateur stratégique » ?) ; définir un parcours de formation à la facilitation stratégique ; évaluer les démarches de facilitation stratégique ; élaborer de nouveaux outils et de nouvelles méthodes d’intervention ; explorer la figure du facilitateur stratégique « interne », c’est-à-dire un facilitateur qui est aussi un acteur de territoire (chargé de mission en collectivité territoriale, technicien de rivière, animateur de bassin versant, etc.) ; mettre le travail, effectué en France, en perspective avec ce qui se passe à l’étranger dans le domaine.

Ce qui guide mon action

Ce que je recherche dans mon activité professionnelle, c’est avant tout du sens. Et pour moi, c’est tout d’abord sentir que ce que je fais est utile aux autres, que mes réflexions et mes actions « servent » aux acteurs des territoires, aux chercheurs, aux étudiants, globalement à tous ceux qui se posent des questions ou cherchent des solutions en matière de gestion du vivant. Ensuite, c’est avancer toujours dans la connaissance et la compréhension des relations humaines et des interactions qui existent et se complexifient dans le monde vivant (entre les Hommes, entre l’Homme et la Nature, autrement dit au sein des éco-socio-systèmes).

Centres d’intérêts extra-professionnels

La passion de l’écriture me suit depuis toujours, sous différentes formes : écriture de récits, de nouvelles, écriture créative. Elle va de pair avec un amour de la lecture, et, depuis quelques années, avec l’envie de « donner à voir » mes écrits, dans une interaction avec des medias plus visuels (mixed-media : peinture, collages, tampons encreurs, doodling, serviettage…). La photographie vient aussi enrichir cette palette, et s’étoffe à l’occasion de voyages réalisés principalement à travers l’Europe : France, Italie, Grèce, Danemark, Norvège, Suède, Allemagne.

Mon CV

Téléchargez mon CV en cliquant ici : CV_elise_levinson_2016


[1] Sustainable Agriculture and Soil: comparative study of strategies for managing the integrated quality of agricultural soils in different regions of Europe / Belgium, France, Netherlands

[2] Knowledge for sustainable soils

[3] Ce territoire se trouve en Haute-Normandie.

Un commentaire

Laisser un commentaire