Mes remerciements

Une thèse est davantage qu’un exercice académique, et porter de l’intérêt à une question, être rigoureux et motivé, ne suffit pas à mener ce projet. J’ai pris conscience de cela à mesure que les mois de réflexion et de rédaction se sont écoulés, faisant de cette expérience un véritable cheminement professionnel et personnel. Ce fut un challenge, une série de remises de question, l’apprentissage de la sélection et de l’expression. Parce que l’on ne peut pas tout dire. Parce que l’on ne peut pas dire une chose et son contraire, alors que les paradoxes de la vie et de la recherche sont bel et bien présents. Expliciter ces paradoxes, affirmer et préciser sa pensée et ses idées, dire ce qui semble juste, mais aussi choisir l’important, tout cela n’a rien d’évident. Il faut oser, prendre des risques, à commencer par celui de s’exposer aux critiques, aux incompréhensions, aux désaccords, aux vécu et émotions de l’autre.

Faire une thèse, c’est avancer à travers le doute, accepter de ne pouvoir répondre à toutes les questions, se donner les moyens de répondre à certaines. Pour tout cela, bien que la thèse soit un exercice personnel à son auteur, que celui-ci se doit d’assumer, il est indispensable d’être soutenu, à plusieurs niveaux. Sans les personnes qui ont été présentes pour moi durant ce travail, il n’aurait sans doute pas abouti.

Henry Ollagnon et Ambroise de Montbel m’ont permis d’exercer en tant que facilitatrice stratégique, dans des situations variées et toutes passionnantes. Ils m’ont formée et ont fait confiance en ma capacité à mener ce projet d’envergure, aussi bien pour ce qui est des missions de facilitation que pour ce qui est de la rédaction de la thèse. Merci Henry pour nos échanges sur le fond, pour la hauteur de votre réflexion et pour votre humanité. Merci Ambroise pour ton écoute, tes questions pertinentes et ton indéfectible support pratique. Merci aussi à tous les deux de m’avoir permis d’intervenir dans des modules de formation de l’UFR GVSP.

Myriam Merad, Laurent Trognon, Hervé Brédif, Patrick d’Aquino, Marianne Redon et Alain Bailly ont constitué un comité de thèse particulièrement aidant et encourageant. Merci pour le temps que vous avez consacré à nos réunions et à la lecture des différents documents que je vous ai envoyés. Merci en particulier à Myriam, Laurent et Hervé pour nos réunions « extra-comité », pour vos retours bienveillants et instructifs, et votre soutien méthodologique, bibliographique et psychologique.

J’ai beaucoup apprécié intervenir dans les territoires auprès de Marie Weis, Didier Christin, Stéphane Baudé, Gilles Hériard-Dubreuil et nos partenaires belges et hollandais du projet SAS-STRAT. Malgré parfois certains désaccords, somme toute inévitables dans des missions professionnelles que l’on prend à cœur, ces collaborations ont été fructueuses, tant du point de vue des résultats obtenus que d’un point de vue personnel.

Merci aussi aux commanditaires et financeurs des missions de facilitation auxquelles j’ai pris part, pour leur confiance, sur le terrain ainsi que dans l’exploitation des résultats dans ma thèse : Pierre Petit, Alain Dassonville, Éric Godard, Régis Petit, Nathalie Lacaze, Vincent Martin, Michel Cortinovis, Mya Bouzid, Jean-François Ouvry.

En ce qui concerne plus particulièrement la rédaction, je souhaite adresser un grand merci à mes relecteurs. Si, au premier abord, vos suggestions me sont apparues comme une nouvelle montagne à gravir, elles se sont ensuite avérées constituer une aide précieuse, et la traduction d’une attention et d’une présence aidantes. Brigitte, Marie, Anne, Myriam, Hervé, Ambroise, vous m’avez fait me sentir moins seule dans cette longue épreuve !

Merci aussi à toutes celles et tous ceux qui, régulièrement, se sont enquis de mes avancées, m’ont encouragée et soutenue. Tous ceux que j’ai déjà cités, ainsi que Jérôme, Francine, Nathan, Muriel, Mireille, Jean-Pierre, Élodie, Cyprien, Marjorie, Alexis, Stéphanie, Damien, Aurélie, Thomas, Dominique, Tristana, Edwige, Anne, Pierre-Yves, Marie-Claire, Delphine, Élisa, Kevin, Fanny, François, Camille, Laurent, Valentine, Mohamed, Béatrice et tous les nageurs de Viroflay, et enfin tous mes camarades de l’atelier d’écriture de Vanves. Merci à Benoît pour son accompagnement bienveillant et pertinent.

En particulier, je souhaite adresser un IMMENSE et chaleureux merci à celui qui, quotidiennement, a été à mes côtés tout au long du chemin. Merci Cédric pour ton éternelle patience, pour tes compétences de coach inégalées. Merci de m’avoir montré chaque jour que je pouvais y arriver, de m’avoir aidée à trouver en moi les ressources et la confiance nécessaires à ce travail.

Celui-ci a aussi abouti grâce aux facilitateurs et chercheurs que j’ai rencontrés au cours de ces années : Marc Valenzisi, Vincent Pupin, Olivier Malinaud, Pomme Sturm, Guillaume Dhérissard, Thibaut Caillère, Patrick Claudez, Olivier Boinot, Jean-Philippe Poupard, Anna Echassoux, Sophie Allain, Manuel Béguier, Romain Lacuisse, Claude Glaz, Ludivine Paoli, Danièle Bouricer, et ceux que j’ai déjà cité : Didier, Hervé, Henry, Ambroise, Stéphane, Gilles, Myriam, Laurent, Marie, Marianne, Patrick. Nos échanges m’ont aidée à affiner mes recherches ; la mise en perspective de nos vécus, de nos idées et de nos réalités a toujours été intéressante et enrichissante.

Par ailleurs, l’encadrement dont j’ai bénéficié de la part de l’école doctorale ABIES m’a été d’un grand soutien. L’adaptabilité, la disponibilité, la présence et l’intelligence de son personnel et de ses formateurs ont constitué un point de repère substantiel. J’ai une pensée particulière pour Élisabeth Maltese et Éric Birlouez, et salue la qualité de leur travail.

J’ai aussi une pensée chaleureuse pour les doctorants et jeunes chercheurs rencontrés durant ces années : Patrice, Cyril, Dominique, Lahlou, et tous ceux croisés lors des formations ABIES. Nos échanges ont été l’occasion de partager nos difficultés et notre embarras, mais aussi nos bonnes idées et nos « trucs et astuces de thésards ».

Merci à Anne-Marie Zouiten pour son soutien moral et logistique, et sa réactivité à toute épreuve !

Enfin et évidemment, merci aux membres de mon jury de soutenance : Cécile Blatrix, Jean-Claude Deutsch, Laurent Lepage, Pierre Pech, Sandrine Rui, Geneviève Odier et Henry Ollagnon. Merci d’avoir répondu présents pour l’étape finale et décisive de ce projet.

C’est toute ma reconnaissance que je vous témoigne ici à tous, ainsi que mon envie, si vous le souhaitez aussi, de poursuivre à l’avenir, et dans d’autres cadres, ces coopérations.

Elise Levinson

Un commentaire

Laisser un commentaire