Méthodes et outils d’intervention

Pour caractériser la « pratique » du facilitateur stratégique, c’est-à-dire pour mettre en évidence ses spécificités, intrinsèques et par rapport à d’autres pratiques (médiation, animation, aide à la négociation…), j’ai choisi de vivre la facilitation « en tant que » facilitatrice stratégique.

J’ai ainsi, au cours de ma thèse, participé à quatre missions de facilitation, lesquelles ont été conduites en appliquant les méthodes de l’approche patrimoniale. J’ai ensuite interrogé cette pratique dans une démarche réflexive, à travers ce que l’on pourrait appeler une « conversation avec soi-même » (Perrenoud, 2004)[1], ainsi qu’à travers des échanges avec d’autres praticiens et chercheurs, et grâce à une étude des documents dont je disposais : rapports et diaporamas produits lors des quatre missions, notes d’entretiens, notes personnelles sur l’expérience vécue au cours de ces missions.

Vous trouverez dans les articles ci-dessous des informations sur ces méthodes de l’approche patrimoniale, à savoir : l’audit patrimonial et les séminaires de rencontre active.

Ces méthodes ont été développées dès les années 1980 (Ollagnon, 1987 ; De Montgolfier, Natali et al., 1987)[2], et ont été depuis lors mises en pratique de nombreuses fois, notamment au sein de l’Unité de Formation et de Recherche « Gestion du Vivant et Stratégies Patrimoniales » d’AgroParisTech, ainsi que par des facilitateurs indépendants. Ces méthodes reposent sur un cadre conceptuel précis.

Rappel : les quatre missions auxquelles j’ai participé durant ma thèse sont :

– l’audit patrimonial « Conditions et moyens du développement durable du tourisme équestre dans l’Arc méditerranéen : quelles stratégies pour les acteurs du monde du cheval et leurs partenaires régionaux dans le Sud-Est de la France ? » ;

– l’audit patrimonial et les séminaires de rencontre active « Facilitation de l’élaboration d’une stratégie territoriale de développement durable de la qualité de vie dans le contexte de la pollution à la chlordécone en Martinique » ;

– l’audit patrimonial « Conditions et moyens de l’amélioration de la gestion de la qualité de l’eau et du vivant sur le territoire de la Communauté d’Agglomération Seine-Eure, dans le bassin Seine-Aval : quelle stratégie pour les Hauts-Prés ? » ;

– l’audit patrimonial du projet de recherche transnational SAS-STRAT[3] (mené dans le cadre du réseau SNOWMAN[4]« Conditions et moyens de l’amélioration de la qualité des sols sur le territoire du bassin versant de l’Austreberthe et du Saffimbec[5] ».

Au total, 209 acteurs ont ainsi été audités[6], pour un total d’environ 400 heures d’entretien ; 75 acteurs ont participé aux séminaires de rencontre active menés en Martinique. Notez la diversité des enjeux et des territoires accompagnés !


Ci-dessous les articles explicatifs aujourd’hui disponibles… et bientôt de nouveaux à découvrir !

Vous voulez être informé(e) par mail de chaque nouvelle publication ?
Rien de plus simple ! Il vous suffit de rentrer votre adresse mail dans l’encart « Suivez-moi ! » (bas de page), puis de la confirmer dans le mail qui vous sera envoyé.


Les séminaires de rencontre active

Après avoir réalisé un audit patrimonial, le processus de facilitation se poursuit, si le commanditaire et les acteurs le souhaitent, par la tenue de « séminaires de rencontre active ». Il s’agit d’une méthode réunissant les acteurs de façon sécurisée, par territoire, par thème, et / ou par famille, dans l’objectif de co-construction d’une communauté de projets.

Cliquez sur le lien ci-dessus pour en savoir plus…

0 commentaire

L’audit patrimonial

L’audit patrimonial constitue la première étape d’une intervention suivant les méthodes de l’approche patrimoniale. Il est réalisé à la demande d’un commanditaire. Mais de quoi s’agit-il concrètement ? L’audit patrimonial consiste à rencontrer et à écouter, au cours d’entretiens individuels et confidentiels, des acteurs concernés la problématique posée (tourisme équestre, qualité de l’eau, qualité de vie dans un territoire contaminé, etc.). Ensuite, les informations recueillies sont comparées et étudiées les unes par rapport aux autres. Puis différents documents de synthèse sont rédigés. Enfin, dans la plupart des cas, une restitution orale du travail est faite auprès des personnes auditées. L’approche de l’audit patrimoniale est profondément positive : il s’agit de mettre en évidence ce qui rassemble les acteurs, pour mieux les accompagner dans le changement qu’ils souhaitent.

Cliquez sur le titre ci-dessus pour en savoir plus…

0 commentaire

[1] Perrenoud, P. (2004), « Adosser la pratique réflexive aux sciences sociales, condition de la professionnalisation », Éducation Permanente, n°160, septembre, pp. 35-60

[2] Ollagnon, H. (1987), « Une nécessaire rencontre des approches théoriques et pragmatiques de la gestion de la nature : L’audit patrimonial de type système-acteur », Cahiers du Germes, n°12, [en ligne], http://www.iisp.fr/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=41&Itemid=105 (Consulté le 14 mars 2014)

Et : De Montgolfier, J., Natali, J.M., De Crécy, L., Barouch, G., Mermet, L. (1987), Le patrimoine du futur : approches pour une gestion patrimoniale des ressources naturelles, Economica

[3] Sustainable Agriculture and Soil: comparative study of strategies for managing the integrated quality of agricultural soils in different regions of Europe / Belgium, France, Netherlands

[4] Knowledge for sustainable soils

[5] Ce territoire se trouve en Haute-Normandie.

[6] Par l’ensemble des membres des équipes de facilitation engagées sur les différentes missions.

Un commentaire

Laisser un commentaire